Série d’été : La nature près de chez soi (3) 

Une dizaine de personnes sont venues en fin d‘après-midi, ce mercredi 28 juillet, pour profiter d’une expérience unique au sein de la forêt du Nonnenbruch, à Lutterbach. Entre les branches, portés par le bruit des oiseaux, les participants ont grimpé dans les arbres en compagnie de l’animateur du jour du Cine (Centre initiation nature environnement).

Pendant deux heures, enfants comme adultes ont eu la possibilité de ne faire plus qu’un avec les arbres.  Photo L’Alsace /Coline BONVALOT
 

« Bienvenue en forêt ! ». À peine arrivé, le ton est donné par Frédéric Schenk, l’animateur du jour du Cine (Centre initiation nature environnement) de Lutterbach. Pendant deux heures, les participants présents vont pouvoir s’aérer l’esprit et se détendre au milieu du calme des 280 hectares de la forêt du Nonnenbruch.

Une forêt d’origine allemande

Pour participer à cette aventure unique, il faut tout d’abord emprunter le sentier du parcours Vita de la commune de Lutterbach. Durant ces quelques minutes de marche, les regards se posent sur l’environnement calme et verdoyant de la forêt du Nonnenbruch classée « en protection » depuis un décret de 2004. D’ailleurs, au-delà de la générosité de sa superficie qui s’étend sur plusieurs communes voisines (Ensisheim, Reiningue, Cernay et Mulhouse), son nom n’est pas singulier. Son appellation vient de l’allemand et signifie « la forêt marécageuse des nonnes ».

Découvrir les arbres d’une autre manière

Après s’être faufilé entre les arbres et avoir cohabité tant bien que mal avec les moustiques, il est temps de prendre de la hauteur. Frédéric Collin, éducateur de Grimpe Encadré dans les arbres (GEA), attend sagement les participants sur un rondin de bois. « L’objectif de cette activité, c’est de vous faire découvrir la forêt d’une autre manière et sous un angle différent. Nous allons donc grimper dans les arbres et ne faire en quelque sorte plus qu’un avec ces êtres vivants », sourit l’animateur de cette activité méconnue. Sur quatre arbres différents, les deux animateurs ont installé différentes cordes, coupé quelques branches mortes tout cela en essayant « de faire le moins d’impact possible sur les arbres et la nature ».

 

1, 2, 3… la tête dans le vide

Par groupes de deux, un grimpeur et un assureur, les participants vont donc pouvoir s’immiscer dans les nuages. Avant cela, Frédéric Collin invite tout le monde à se parer de son « slip des bois ». « Pour monter et être bien évidemment en sécurité, il faut mettre un baudrier. Avant de l’enfiler, enlevez tout ce que vous avez dans les poches car ça peut être dangereux, une fois que les sangles sont tendues », conseille Frédéric Collin. Une fois parés, les participants peuvent enfin prendre de la hauteur.

Dernier petit détail : explication « du nœud d’assurage » qui à l’apparence d’un double huit. « Votre vie ne tient plus qu’à un fil », lance Frédéric Collin au premier grimpeur, Matéo, qui s’élance dans le vide. Avec agilité, il se hisse entre les branches tel un chimpanzé. Une chose est sûre, de là-haut, le monde semble bien différent.