Les villes de Lutterbach et de Pfastatt ont engagé une démarche en faveur de la protection de leurs richesses naturelles et du développement durable, en s’appuyant sur l’expertise du Centre d’initiation à la nature et à l’environnement et sur la participation de leurs forces vives.

Par Antoinette OBER - Article paru dans le Journal L'Alsace le 30 juillet 2021 • https://c.lalsace.fr/culture-loisirs/2021/07/30/lutterbach-pfastatt-deux-communes-a-la-recherche-de-nature
 
le wehr un joyau sur le dollerbaechlein qui coule a lutterbach et pfastatt pour rejoindre en traversant encore d autres communes l ill a ensisheim photo archives l alsace antoinette ober 1627548446
Le Wehr, un joyau sur le Dollerbaechlein qui coule à Lutterbach et Pfastatt pour rejoindre en traversant encore d'autres communes comme l'Ill à Ensisheim
(photo archives L'Alsace Antoinette Ober)

«  Des élus, Antoine Leu, conseiller municipal délégué à Pfastatt, et Éliane Soret, adjointe au maire de Lutterbach chargée du cadre de vie, ont envie d’enclencher des actions pour l’environnement sur leurs deux communes, en mutualisant », explique Véronique Mateus, directrice du Cine (Centre d’initiation à la nature et à l’environnement), à Lutterbach. « Or le Cine est en capacité d’accompagner une démarche participative ». Même si l’accompagnement de collectivités est une première, pour le Moulin Nature.

Trois grandes étapes ont été définies : la première est un état des lieux, en s’appuyant sur les associations, les collectifs ou simplement les citoyens qui œuvrent dans le champ de l’environnement ou même ceux qui n’y connaissent pas – pas encore - grand-chose.

Deux priorités : patrimoine naturel et biodiversité

«  Deux domaines se sont révélés des priorités, pour les deux villes : leur patrimoine et la biodiversité, avec les espaces naturels spécifiques (forêt, rivières…), les espèces animales et végétales, les opportunités sur lesquelles s’appuyer et les points de vigilance », poursuit Véronique Mateus. Deux questionnaires à remplir sont en ligne  : un pour les particuliers, un pour les structures (y compris les mairies, écoles, groupes de jeunes, entreprises).

Une fois les données collectées pour savoir ce que les uns et les autres font en faveur de l’environnement, ce qu’ils sont prêts à faire et ce pour quoi ils veulent être accompagnés, l’état des lieux sera partagé, fin septembre, avec les personnes rencontrées. Des réunions publiques, des ateliers, des échanges seront proposés par le Cine, pour faire émerger les idées.

«  Pas une écologie contraignante »

À la fin de l’année, un événement avec des projections, des débats avec des représentants d’autres collectivités qui ont déjà réalisé des projets, sera organisé. «  Les idées, les propositions qui auront émergé du public pourront être confrontées à d’autres expériences », précise la directrice.

Une charte écoresponsable sera établie, avec les différents niveaux de responsabilité et d’engagement, pour tenir le cap. «  Il ne s’agit pas d’une écologie contraignante mais d’un engagement aux prises avec les réalités et les besoins des gens », insiste Véronique Mateus.

Le but est d’arriver à un budget participatif qui sera proposé au vote des deux conseils municipaux, en janvier. Ce fonds permettra de financer la réalisation des projets. «  C’est une démarche qui s’intègre tout à fait dans le plan climat de M2A » (Mulhouse Alsace agglomération), termine la directrice du Cine.

 

TÉLÉCHARGER Les questionnaires sont en ligne sur la page facebook.com/Lutterbach-Pfastatt-en-transition-103963858641121

A lire aussi

Un atelier zéro déchet

Le témoignage d’une ménagère