Série d’été / La nature près de chez soi (1): Flaxlanden, de plumes et de rêves

Plus d’une vingtaine de personnes sont venues ce matin-là à Flaxlanden pour découvrir collines et sous-bois. Martin Hubert, animateur du Cine de Lutterbach, spécialiste des oiseaux et féru de marionnettes, a tenu les participants en haleine pendant plus de deux heures de balade près de chez soi...

Par Michèle MARCHETTI - article du journal L'Alsace & les DNA le 28 juillet 2021 • https://c.lalsace.fr/culture-loisirs/2021/07/28/la-nature-pres-de-chez-soi-(1)-flaxlanden-de-plumes-et-de-reves
Aux abords du parking de la salle des sports et de la culture de Flaxlanden, on peut voir de nombreux oiseaux. 
Photos DNA /Michèle MARCHETTI
 

Le ciel est bleu immaculé, la nature se réveille dans la chaleur du jour. La découverte débute déjà sur le parking de la salle des sports et de la culture de Flaxlanden, car « avec le verger tout près, c’est une vraie enclave pour toutes sortes d’espèces, les pics amateurs de cavités dans les arbres, les torcols qui se confondent avec l’écorce, les pies-grièches qui ont besoin de buissons épineux… », se réjouit Martin Hubert, le guide du CINE de Lutterbach.

Chant mélodieux et cri perçant

On peut y voir sous cet arbre à papillons, une mère rouge-queue, facilement reconnaissable puisque familière des villages où l’espèce se perche sur les toits, nourrir un jeune. Silence, le gravier crisse, le groupe se fige, même les tout-petits se taisent. On entend le grésillement des rouges-queues, le chant mélodieux et peu puissant du chardonneret, le cri du pic… Mais « la phrase n’est pas complète », on ne saura pas s’il s’agissait d’un épeiche ou d’un vert…

On découvre l’acacia et ses grandes épines dont il use « pour se protéger des chevreuils », le millepertuis, « l’herbe aux mille trous dans ses feuilles, une fleur de sorcière anti-brûlure et cicatrisante dans un macérât d’huile d’olive », mais aussi anti-inflammatoire, régénérant cutané, anti-infectieux et antalgique.

 

En montant un peu sur la colline, on domine la belle allée de noyers, « dont certains, malades devront être coupés mais que la commune devrait replanter », explique Christian, élu communal délégué à l’environnement, qui fait partie du groupe de promeneurs. Les corneilles noires sont bien présentes et se font entendre.

Légendes et potions

Le chemin est bordé de camomilles, de chardons cirses, d’armoises irritantes, de plantains et de lancéolés qui ont pour vertu d’apaiser les piqûres en frottant leur bouillasse sur la peau piquée. Et Martin de raconter la légende de la création de ces deux dernières herbes, une princesse et sa servante qui ont pris racine au bord du chemin en attendant le chevalier qui les avait débarrassées du monstrueux moustique, mais n’est jamais revenu…

On entend « la note coulée du verdier qui s’envole des noyers, la phrase simple du pinson ». On pense voir une sittelle, puis c’est une femelle tarier pâtre, « dans son élément dans les prés bordés de haies » qui fait son apparition. Et le mâle dans les saules pleureurs au loin ! On passe à la longue-vue, oui, c’est lui, avec son plumage tricolore, sa tête encapuchonnée de noir, de deux traits blancs au cou, comme un demi-collier, et la poitrine d’un doux roux.

« Chez les oiseaux, ce sont les mâles qui sont les plus colorés, les plus flamboyants », enchaîne Martin Hubert. « Pour séduire les femelles, attirer l’attention », devine Robin, dix ans, alors que les femelles se doivent d’être mimétiques, discrètes, pour protéger les petits… Une bande de chardonnerets s’envole dans un chant léger, puis des hirondelles survolent le groupe qui poursuit son chemin.

Empreintes d’ongulés, cadavres de musaraigne, de crapaud, de renard, déjections de renards, encore, dont on verra même un spécimen passer au loin entre deux champs, les promeneurs entrent dans la forêt, accueillis par Vieille branche, une marionnette de bois, made in Martin, face au Grand Ballon d’Alsace, né de Belenos, le dieu gaulois du soleil, comme tous les Belchen des trois frontières…

Les promeneurs partent alors, de station en station, et de marionnettes en marionnettes, à la rencontre de la sorcière Ragondine la vaseuse, pour lui apporter plantes et crapaud mort… On entre dans le monde de l’imaginaire !

Le rendez-vous était fixé au bout de l’allée des Noyers, sur le parking de la salle des sports et de la culture de Flaxlanden, une des premières salles BBC d’Alsace avec son toit végétalisé qui l’intègre parfaitement à la colline. Un lieu pas forcément connu, perdu aux confins du village et des champs, mais un lieu idéal pour observer les oiseaux, en pleine nature. Aux abords de la salle, se trouve un verger replanté depuis quelques années par la commune, un arbre à chaque naissance…

Une vingtaine de personnes se sont retrouvées, toutes du village ou des environs, des retraités, mais pas que, des mamans avec leurs enfants, et quelques salariés en vacances également. Une petite boucle de 2,5 km les attendait autour de la salle, sur les chemins entre les champs de blé et de maïs, et dans les sous-bois de la commune.

Le but, comme à chacune de ces balades estivales des CINE Le Moulin de Lutterbach et La Petite Camargue Alsacienne, dans les 39 communes de l’agglo mulhousienne, « découvrir la nature près de chez soi, et savourer ces coins de nature autour des villages, à découvrir sous un autre angle », explique le guide du jour, Martin Hubert, animateur du CINE de Lutterbach qui précise que ces balades sont gratuites grâce au partenariat avec M2A qui finance.

Son approche sera naturaliste, à la découverte des oiseaux dans les champs, et imaginaire avec des marionnettes de sa création, en forêt. Il lie souvent les deux, comme lorsqu’il présente cette branche tordue comme une œuvre d’art dans laquelle certains verront un oiseau perché, un serpent, un ornithorynque, ou un grand oiseau à crête qui se gratte le cou de son bec… Le groupe s’intéressera également aux plantes, aux arbres, aux indices de présence de la faune sauvage.

Les prochaines sorties près de chez soi

Vendredi 30 juillet , Kingersheim 14 h 30-16 h 30. Rdv parking rue de Pfastatt, face à la salle polyvalente le Hangar, à côté de la caserne des pompiers. Le poumon vert : découvrons la forêt et les étangs de Kingersheim.

Samedi 31 , Heimsbrunn 10 h-12 h. Rdv parking Notre-Dame du Chêne de Heimsbrunn. Balade contée et découvertes autour du grand chêne de 600 ans.

Samedi 31 , Zimmersheim 21 h 30-23 h 30. Rdv communiqué lors de l’inscription. Soirée découverte du ciel nocturne.

Mercredi 4 août , Illzach 14 h-16 h. Rdv parking paroisse Saint-Bernard, rue de Rixheim. Découvrons le Parcours de l’oiseau au Mühlenfeld.

RÉSERVER Par courriel à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.