Imprimer
Affichages : 1979

Gwladys Philippe, native de Feldkirch, habite Guebwiller, et travaille à mi-temps au Moulin depuis mars 2021, en CDD jusqu’en décembre 2021. En binôme avec Marlène, elle jardine façon partagée avec des citadin-e-s dans plusieurs quartiers mulhousiens. Fille de la campagne, elle grandit au village et découvre les joies de la randonnée et les plaisirs de la nature avec ses parents. Un goût qu’elle partage désormais avec son mari, et qu’elle a transmis à ses enfants.

Gwladys

Elle démarre ses études vers 1994/95 avec une première année de DEUG environnement à Strasbourg, puis rebondit sur un BTS « eau potable et assainissement ». Déjà la nature partout ! L’an 2000, ce sont les fameux emploi-jeunes, ça tombe bien, Gwladys est jeune ! Elle travaille ainsi quelques années dans le tri sélectif des déchets hors de l’Alsace. Ensuite, elle appuie sur la touche « pause » pendant 10 ans pour donner naissance à trois enfants en moins de 5 ans. Ce qui représente un sacré boulot, certes non rémunéré, mais quand même … Retour à la case emploi salarié ensuite, toujours autour de la gestion des déchets. Mais ça se passe plutôt mal puisqu'elle se retrouve à passer ses journées à faire de la saisie informatique. Horreur ! Elle qui a tant besoin au contact de la nature et des gens et de faire des tâches variées ! … Sans BAFA, sans expérience d’animation, comment faire ?

Ariena, nous voilà !

La solution passe par un BPJEPS animation nature en 2018 à l’Ariena, avec un certain Fabio comme formateur, et une certaine Loïcia en collègue de promo. Etonnant de retrouver tous les trois au Moulin en 2021 ;-) En tout cas, ce « Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport » correspond à une année exceptionnelle pour Gwladys. La partie pratique, elle l'a effectué au Vivarium du Moulin (déjà un moulin) où elle a côtoyé mygales, blattes souffleuses et iules géants. Sa voie professionnelle s’ancre de plus en plus « au naturel ».  Elle poursuit son parcours en travaillant un an à l’Ecomusée, puis un an dans un périscolaire à Buhl, où elle travaille encore aujourd’hui à mi-temps. C’est parfois un peu compliqué et très sportif de jongler avec deux mi-temps entre la ville et la vallée …

Mais sa deuxième compétence sera fort utile pour le Moulin : le jardinage. C’est Gwladys qui en parle le mieux : «  J'ai toujours jardiné même quand j'étais en appart, dans celui de mes grands-parents. J'ai toujours cultivé « au naturel » de façon intuitive. J'ai pu faire une petite formation de jardinage au naturel avec Eric Charton et un réseau d'éco-jardiniers vient d'être constitué entre Thann et Rouffach. »

La découverte des Coteaux, quartier vert

Après avoir tourné des années autour des grands immeubles des Coteaux, visibles des kilomètres à la ronde, même depuis les Vosges, voici enfin que Gwladys pénètre à l’intérieur du quartier à l’occasion de l’action « Jardins partagés » menée par le Moulin. « Si tu ne lèves pas vraiment le nez, c’est très vert ! Il y a beaucoup d’espaces verts, des arbres, des oiseaux, des petites bêtes. C’est très aéré, plutôt surprenant . »Avec des retraité-e-s, des habitant-e-s qui ne travaillent pas, hommes et femmes, elle participe à la relance d’un jardin collectif existant. Après un départ compliqué et l’urgence de planter au printemps, Gwladys se sent bien au milieu de ces Mulhousien-ne-s qui cherchent à renouer le contact avec la terre, ou tout simplement à rencontrer du monde. Au menu de ces rencontres bientôt comestibles, tomates, courgettes, potirons, carottes, herbes aromatiques comme la menthe, ou encore cassis, groseilles, framboises et fraises. Que du bonheur à grignoter et partager !

Le mystère des Vosges

Gwladys participe aussi à d’autres projets jardiniers avec le Moulin. Avec des jeunes « perdus de vue » à Epices, chaque vendredi avenue Kennedy à Mulhouse. Cette association créée par Isabelle Haeberlin dispose d’un bel espace extérieur, un peu caché, propice à toutes les plantations, y compris sociales. Elle a travaillé également avec une classe de l’école maternelle Jean de Loisy dans le quartier Vauban. Elle se rappelle la réaction des parents après une première escapade des bambins au « parc à Bricoles », un terrain herbeux en cours de transformation rue Neppert : « [Nos enfants] étaient dans la nature » ont-ils jugé. → Ce sont les enfants qui ont dit aux parents après la première séance qu'ils sont allés dans la nature avec moi ! Comme quoi le simple fait de se rouler dans l’herbe est déjà une belle évasion urbaine … Gwladys pense aussi à cette petite fille qui tombe dans l’herbe, qui se relève étonnée en la regardant, qui hésite à pleurer et qui dit finalement avec un sourire « Je ne me suis pas fait mal ! ». Cette découverte s’est ensuite transformée en jeu où une bande de filles s’amusait à tomber de tous les côtés verts … Autre surprise un jeudi à Bourtzwiller avec des enfants qui ne savent pas que les montagnes à 20 minutes de la ville s’appellent les Vosges. Ni que la source de la Doller s’y trouve. Heureusement, les écoles du quartier organisent des sorties pour emmener les élèves découvrir la naissance de la rivière pas si loin de chez eux … Alors, oui, ce n’est pas toujours facile d’échanger avec des enfants lorsque seulement un sur huit a pour langue maternelle le français. Et les animateurs nature ne sont pas tous formés à ces problématiques différentes des quartiers populaires, bien loin du naturalisme traditionnel. Et pourtant, la nature fait tellement de bien quand on s’y plonge ...

Et le Moulin dans tout ça ? « C’est un lieu assez chouette. Surtout le terrain, qui a un gros potentiel. »

Que va-t-il se passer pour Gwladys en 2022 à l’issue de son CDD au Moulin ? Elle aimerait beaucoup poser ses deux pieds au même endroit. Arrêter de parcourir 40 kilomètres en voiture presque chaque jour entre deux postes éloignés. Elle adorerait trouver un emploi, de préférence dehors, proche de la forêt. Et surtout continuer l'aventure de l'agriculture urbaine (utopique?), que chaque citadin puisse renouer le lien avec la terre et ce qu'il a dans son assiette...

Pour contacter Gwladys (avec un W celte comme dans Gwendoline) : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.