Imprimer
Affichages : 1264
15 chercheurs du Muséum National d’Histoire Naturelle parmi les plus éminents (Gilles Bœuf, Philippe Descola, Claudine Cohen entre autres) mais aussi un certain Allain Bougrain-Dubourg président de la LPO nous proposent un manifeste ; pas un livre, un manifeste. Le Muséum en a édité quatre. Attardons-nous sur le premier : Quel futur sans nature ?
 
Capture decran 2020 12 22 a 07.46.09
 
Il ne s’agit pas d’une tribune de plus sur la perte de la biodiversité. Le sujet ici est d’alerter tout un chacun sur la perte de la culture de l’histoire naturelle, cette science qui observe, questionne, étudie toutes les formes de vie afin de mieux comprendre le monde. Cette science qui sur la base d’un travail de terrain, de faits argumentés peut alors nous interpeler par exemple sur la perte de la biodiversité. En 30 pages, ce plaidoyer nous rappelle pour commencer l’origine de l’histoire naturelle (histoire qui signifie étymologiquement enquête) pour ensuite nous rappeler la vertu de cette approche du monde qui est le moyen le plus sûr de « contribuer à la connaissance rationnelle et collective du monde réel ». Le propos développé sert donc avant tout de boussole, de repère d’exigence. Un brin nostalgique sans doute de l’époque des cabinets de curiosité, la belle maquette du livre en a gardé l’esprit.
 
Paru fin 2017, en pleine vague émergente de « fake news » et autres théories fumeuses, cet ouvrage défend l’expérimentation, la démarche scientifique comme outil d’aide à affûter notre pensée et comme moyen essentiel de lutte contre les obscurantismes quels qu’ils soient. La finalité annoncée est double : rappeler et répéter notre enracinement en tant qu’êtres humains dans le monde naturel et nous « inciter à penser en son sein, avec lui et non pas contre lui ». Essentiel, tout comme les trois autres tomes : Migrations, Humains et autres animaux et le dernier récemment paru, Face aux limites. Autant de contributions à l’actualité revue par le prisme de l’approche scientifique pluridisciplinaire. Sous son aspect peut-être un peu trop rigoureux ces petits concentrés n’en sont pas moins des chemins nourris par la poésie du monde qui ouvrent à leurs beautés. À glisser sous le sapin ?
 
Pour en savoir plus : https://www.mnhn.fr/fr/explorez/manifeste-museum